Affiche

Fastes/Foules

affiche

affiche

L’Ymagier Singulier - Fastes Foules


Après la création du Moine, l’Ymagier Singulier décide de créer son nouveau spectacle d’après l’œuvre de Zola : Les Rougon Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire L’œuvre offre des thèmes chers au groupe : le travail, la fête, les injustices sociales, révolution,…


Pendant une année et demie les comédiens, issus de différentes écoles, travaillent tant dans l’aménagement du lieu que dans la recherche des personnages, piochés dans la fresque de Zola.


La création du spectacle en Italie (Varedo-Milan) est volontaire. L’Ymagier Singulier a conçu un spectacle fortement basé sur des images, des bruits, des musiques, des histoires de rivalités, de jalousie, de travail, de fête et de grève. Le texte est quasiment inexistant. Tester en quelque sorte le spectacle sur un public non francophone permettra de juger de son impact. Et Fastes Foules est magnifiquement reçu par le public Italien.


Le spectacle dure quatre heures et se découpe en plusieurs scènes :


Ouverture :

Les femmes se réveillent et se préparent dans leur maison avant d’aller au lavoir.


Le lavoir :

Le groupe de femmes investit le lavoir et se mettent au travail dans la bonne humeur. Clara et Virginie se jalousent, rivalisent, en viennent à se battre violemment jusqu’à l’arrivée de Charles, amant de Virginie.


Le Hammam :

Temps de repos, de rire, de confidences pour les femmes qui se retrouvent au hammam.

Les hommes enfilent leur tenue d’ouvrier.


Le chantier :

Le contremaître fait l’appel. Les hommes se mettent au travail. Rassemblement des matériaux pour la construction d’un mur. Accident de Charles, révolte des ouvriers, grève. Virginie, amante de Charles, fait remettre les hommes au travail.


La fête :

Tenue de ville pour les hommes et les femmes. On se réjouit, on boit, on se bagarre gentiment. C’est le début de l’ascension sociale. C’est la guinguette, le temps des amourettes.


Le grand magasin :

Le mariage de Virginie avec le directeur du grand magasin approche. Temps des essayages, répétition générale, inventaires. Apothéose. Grande bourgeoisie.


La commune :

C’est la révolte du peuple. Le grand magasin est devenu lieu de rendez-vous clandestin pour les opposants, que des femmes. Des attentats se préparent. Mais le lieu est découvert par les soldats. La révolte est opprimée. Episode de sang et de mort.


Photos

Distribution

Vers les photos du spectacle

Distribution :

Anne Closset Brigitte Colin Didier Caffonnette Philippe De Pierpont Christiane Henri Hélène Lajugie Christine Lemaire Michel Lorand Philippe Oidmann Serge Rangoni Pierre Renaux Manuella Scarpellini Michel Vanderlinden

Coordination : Thierry Salmon

Régie son : Luc D’Haenens

Lumières : Jean-Louis Gille


Remerciements à :


Marina Bergamelli-Christian Machiels- Dominique Gauthier -Xavier Lauwers -Véronique Henrion Michel Ortegat -Marco Gudanski- Pierre Feincoeur René Michiels -Mme Lemaire -Mme Brachot -Mme Colin Mme Abbenhuys -Mme Lepage-Bolle -Mme Genot Michèle Salmon -Edith Lorand -Roger Caffonnette Jean Seydel -Thierry Colin -Jean-Luc Goosens Roger Lemaire -Monsieur Charpentier – Marco Scarpellini - Monsieur Philippot -Madame Gillot -Monsieur Renders Madame Vandeplas -Michel Vaneste -Robert Ronvaux Marie Blondine – Dominique Vaeye – Laurence Everard


à celles et ceux qui ont, à leur manière, soutenu l’Ymagier Singulier.

Merci aux équipes qui ont reçu le spectacle en Italie et en Suisse.

Presse

… Bref, une beauté et une invention dans la démesure, qui ont fait dire au grand magazine italien Panorama que Fastes-Foules peut s’apparenter à Visconti et Renoir.


Michèle Jacobs – In Le Soir



Ce n’est peut-être pas du théâtre, mais c’est un spectacle, et qui existe, on vous prie de le croire.

…Et le plus merveilleux, après ce spectacle dont les longueurs sont délibérées, ce spectacle pratiquement sans texte, ce spectacle qui exige des spectateurs plusieurs déplacements –ils sont d’ailleurs répartis en deux groupes qui entrent à une heure de distance- c’est que l’on se trouve très efficacement plongé là où on a voulu nous conduire, et qu’on n’est pas près de l’oublier. Pour ma part je suis tout disposé à considérer Fastes-Foules comme un événement.


Br. In Syndicats



…soprattutto è una storia sul lavoro, dove il lavoro è presente in maniera fisica e materiale : a un certo punto si allestisce una tintoria, con l’acqua che cola e i panni battuti e rimestati ; c’è una cantiere edile doven sono accatastati et spostati decine di pesanti graticciate di acciaio, e si salda et si sega elettricamente, c’è una sartoria ; e poi, feste, amori, rivolte… tutto raccontato coi fatti, pochissimo detto, quasi sempre mostrato con grande e ingenua efficacia visiva….


La Repubblica